Bonnes nouvelles des pipits et des alouettes

En collaboration avec la Station ornithologique suisse, le Parc a mené ce printemps des relevés de pipit des arbres et d’autres oiseaux liés aux pâturages boisés maigres, sur plus de 80 km2 de son territoire.

Les résultats montrent que les pâturages boisés d’une qualité écologique suffisante pour accueillir le pipit des arbres sont plutôt situés en altitude et en zone d’estivage.

De nouveaux territoires d’alouette lulu (photo), une espèce encore plus exigeante par rapport à la qualité écologique de son habitat, ont également été relevés dans des endroits où sa présence n’avait pas été attestée depuis plus de vingt ans. L'étude se poursuivra en 2021, avec une cartographie des habitats les plus propices à ces espèces, dans le but de favoriser le maintien de la qualité écologiques des pâturages boisés.

Notre communiqué de presse du 2 décembre 2020